Cet après-midi, notre humaine a eu l'oportunité de découvrir le site de Mérial, situé à St Priest. Elle n'a pas visité les locaux mais ce fut le lieu pour la quatrième édition de "L'elevage cette passion contagieuse" réalisé par Mérial en partenariat avec le LOOF, la SNPCC et l'UMES.
Cette journée permis de revoir des amies à elle du monde du chat et ce fut un réel plaisir. Cet après-midi permis surtout de s'informer de sujets pas toujours abordés correctement entre éleveurs (ou mal informé par le biais de Facebook et des forums) et même d'avoir quelques rappels notamment sur la transmission et les effets du FIV et de la FelV.

Arrivée à 13h30, tous les éleveurs et autres personnes attenant à ce milieu félin furent accueillis chalheureusement avec un café, un jus d'orange ou un thé, histoire de prendre le plein de vitamine avant de retourner sur les bancs de l'école. Puis, chacun rentre dans une salle de la taille d'une salle de cinéma moyenne. Bien installés, avec un carnet pour prendre des notes, un stylo, le plan des conférences prévues et une carte à jouer pour un "jeu" qui aura lieu lors des conférence. Ma humaine est tombée sur le Jocker et se disait bien qu'elle ne verrait pas sa carte apparaitre (ce fut le cas).

La première conférence débuta sur le colostrum. Sujet ô combien important pour les chatons qui n'auraient plus leur maman, les chatons qui n'arrivent pas à têter leur mère ou encore les chatons qui ne doivent pas car mère de groupe sanguin B et risque d'erythrolyse néonatale.
Il est à noter en conclusion de cette interessante conférence que :

-Le colostrum :

Les chatons naissent preque sans anticoprs. Il faut savoir que 15% des chatons décèdent dans les 60 premiers jours (7à 8% avant le  21e jour de vie). Le placenta qui les enveloppe étant constitué de 5 couches, il est quasi imperméable aux anticorps. 10% des anticorps sont placentaires, 90% viennent du colostrum. Le colostrum est donc déterminant pour éviter la mortalité néonatale des chatons. La quantité influe sur le pourcentage de décès des chatons. Il y a un seuil minimum pour chaque espèce même si le fonctionnement reste le même. Le colostrum est riche en immunoglobuline (1 à 2 jours après la naissance il est encore haut puis réduit considérablement dans les 7 premiers jours). Les deux dernières semaines de gestation, les igG se stoquent dans les glandes mammaires et sont chargées d'anticorps. Puis les anticorps sont relarguées après la mise-bas que les chatons têtent. Ainsi, cela s'épuise très rapidement. Il y en a 10 fois plus dans le colostrum que dan sle lait.
Pendant 1 à 2 jours les cellules intestinales du chaton sont peu différenciées et ne sont pas serrées entre elles. Elles permettent ainsi l'absorbtion d'immunoglobuline dans l'intestin et dans le sang. Au delà de ces deux premières jours de vie, la barrière est fermée, les cellules ne permettent plus que les igG passent. Ce fait permet aussi de protéger les chatons des bactéries et donc permettent une défense immunitaires des chatons.
Le rôle du colostrum est de trois sortes :
Rôle immunitaire (immunoglobuline, leucocytes maternel, facteur anti-microbien non spécifique), rôle de maturation des organes (maturation du tube digestif, des organes, ...) et rôle nutritionnel et métabolique (matière grasse, protéines, sucre, eau (turnover rapide pour les chatons), vitamines.

Le colostrum a peu d'imapct sur la mortalité au delà des trois premières semaines. Le colostrum est donc important au début, les 21 premiers jours.
Le plasma n'est pas spécifiquement efficace en rempalcement du colostrum si'il s'avérait que le chaton n'en a pas. Les mamelles ne sont pas différentes les unes des autres pour le chaton, ils tournent aux tétines et la qualité du lait est la même pour toutes, c'est la quantité qui change. Mais comme ils se répartissent les mamelles, cela ne pose pas de problème pour les chatons. Il y a une préférence pour les chatons sur les mamelles du bas.

Sans colostrum, il faut être vigileant quand ils sont petits. Le colostrum de vache leur apportera l'energie pour se battre et vivre comme les autres mais n'aidera pas pour les aider à construire un système immunitaire spécifique à son espèce. Si l'on donne du colostrum, il ne faut pas le chauffer au micro-onde, masi au chauffe biberon ou au bain marie pour ne pas dépasser 50°C et ne pas détruire ce qu'il contient.

- Les vers du chaton : transmissible à l'Homme ?


- Quand la bouche s'enflamme durablement : le complexe gingivo-stomatite chronique féline


- Typhus : interrogations, croyances et faits


- Antibioresistance : les éleveurs félins sont-ils concernés ?


- Cas clinique interactif : FIV et FelV s'invitent en élevage ...


Je remplirais les notes prises pour chaque conférence dans les jours qui viennent ...

Tout ceci fut très interessant. On a pu avoir quelques piqures de rappel, ce qui n'est jamais inutile et plein d'informations interessantes pour la plus part actuelles et en accord avec nos préoccupations d'éleveurs. Ce fut une bien belle après-midi !