Gribouille est resté à la maison pendant cinq jours pendant que ses humains étaient partis en vacances. Du coup, j'ai fait plus ample connaissance avec lui. Au début, ce n'était pas facile car il me fonçait dessus. Une fois, il est allé tellement vite que je ne l'ai pas vu venir. Et je me suis retrouvée sur son dos. Je n'ai rien compris à ce qu'il m'était arrivé. Alors, après, je me suis mefiée. J'essayais pourtant d'établir un contact amical, mais lui m'a demandé de garder mes distances.
Je le regardait donc de loin, à l'opposé de sa cage: s'il était à droite, j'était à gauche avec la cage entre les deux. Puis, il a commencé à se calmer, sans doute à m'accepter un peu plus.
Mais cinq jours, c'est trop peu pour que l'on se connaisse suffisamment et que je le laisse fouiller dans mes poils comme le fait Lorient. Ses humains sont venus le chercher aujourd'hui. Et reviendra sûrement dans quelques mois.